Découvertes : Un enseignant découvre l'impensable durant une sortie scolaire avec ses étudiants
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Un enseignant découvre l'impensable durant une sortie scolaire avec ses étudiants

Le groupe scrutait une exposition de fossiles lorsque ...

Publié le par Science Virale dans Découvertes
Partager sur Facebook
39 39 Partages

Le plus ancien fossile de serpent enregistré ressemble presque à un serpent moderne, sauf pour une différence flagrante: il possède quatre pattes, chacune avec cinq orteils, révèle une nouvelle étude. Le serpent, âgé d’environ 120 millions d’années, nommé Tetrapodophis amplectus (littéralement, le serpent à quatre pattes), n'a probablement jamais utilisé ses pieds pour la marche. Les appendices du Tetrapodophis servaient peut-être à tenir un partenaire pour l’accouplement, ou même agripper les proies réticentes, a déclaré le co-chercheur David Martill, professeur de paléobiologie à l'Université de Portsmouth au Royaume-Uni. 

Une recherche antérieure a déjà décrit des fossiles de serpents bipèdes, mais le plus ancien des ancêtres du serpent a vraiment déjà eu quatre pattes. Il serait probablement issu d’animaux terrestres fouisseurs, et était un animal de transition entre le passage de lézards anciens aux serpents modernes, a-t-il ajouté. "Nous avons trouvé l'ancêtre de tous les serpents," affirme Martill. "Nous avons trouvé le chaînon manquant entre les lézards et les serpents à quatre pattes."

Martill a découvert le fossile au cours d'une visite sur le terrain avec ses élèves au Musée Solnhofen en Allemagne. Le groupe scrutait une exposition de fossiles recueillis à la Formation Crato, dans le nord du Brésil, lorsque Martill a remarqué le spécimen de 20 centimètres. "Ma mâchoire a décroché lorsque j'ai regardé attentivement le fossile" déclare Martill La plaque identifiant le fossile mentionnait "fossile inconnu". Martill a demandé au musée s’il pouvait étudier le fossile, et a recruté Helmut Tischlinger, un paléontologue allemand, et Nicholas Longrich, maître de conférences en biologie évolutive à l'Université de Bath, pour l'aider à analyser le fossile. Les résultats de l'étude ont été publiés en ligne le 23 Juillet dans la revue Science.

Partager sur Facebook
39 39 Partages

Source: Maxiscience
Crédit Photo: Dave Martill