Nature : Cette créature peut tuer plus de 6000 proies en une heure seulement

Cette créature peut tuer plus de 6000 proies en une heure seulement

Elle tend un piège alléchant et rien ne peut y résister ...

Publié le par Science Virale dans Nature
Partager sur Facebook
25 25 Partages

Vous connaissez le dicton qui dit que si quelque chose semble trop beau pour être vrai, il l'est probablement. C’est applicable pour les humains, mais il faudrait aussi en aviser les insectes. Prenez par exemple la sarracénie pourpre (Sarracenia purpurea), une plante carnivore qui offre "généreusement" un nectar sucré à tout insecte qui veut s’en régaler. Là où le bât blesse, c'est qu’avant que les insectes gourmands puissent réellement profiter de ce festin, ils dérapent sur les parois glissantes de la plante et tombent dans une cavité remplie d'acide digestif. 

Les images du Smithsonian Channel (ci-dessous) démontre que ce puits d'acide peut rapidement devenir un cimetière de termites. La plante peut digérer plus de 6 000 insectes en une heure. Bien que cela puisse paraître assez barbare, il s’agit en fait d’une stratégie assez efficace.  Contrairement à d'autres plantes carnivores, qui doivent se rabattre rapidement pour surprendre leur proie, la sarracénie n’a qu’à attendre que les proies se précipitent pour s’en nourrir.  Ces insectes sont digérés dans une solution d'acides digestifs et d'eau de pluie qui se trouve au fond de la feuille, pour finalement devenir une soupe nutritive qui soutient la plante.

Bien que les différentes espèces de sarracénies se retrouvent partout dans le monde, particulièrement dans les régions pluvieuses, cette vidéo montre la sarracénie à col blanc, qui est originaire d'Asie du Sud-Est. Celle-ci est unique car elle n’attire spécifiquement que les termites avec son nectar. Et on peut conclure, en regardant la vidéo, qu’elle excelle dans son art. Observer la vidéo ci-dessous pour étudier l'un des tueurs les plus efficaces de la nature en pleine action.

Partager sur Facebook
25 25 Partages

Source: Smithsonian Channel
Crédit Photo: Smithsonian Channel